Pêche de l'étang ! (suite)

RNR Etang de Ramerupt
Pêche de l'étang © Nadine ANTOINE
5 Décembre 2018

C’est sous la pluie que s’est déroulée la seconde pêche de l’étang de Ramerupt le mercredi 28 novembre 2018.

Malgré l’objectif de la mise en assec pour l’année 2019, la nature a eu raison de la volonté du gestionnaire.

Les pluies diluviennes de la veille n’ont pu être évacuées par le système de vidange et la quantité d’eau présente dans l’étang le jour J n’a pas permis de pêcher correctement le reste de poisson.

Il a donc été décidé de remettre en eau directement et de décaler l’assec à 2021, laissant place à une prochaine pêche en novembre 2020.

 

Pour cette saison 2018, voici les chiffres clés :

  • 2 Tonnes de poissons
  • 9 espèces présentes dans l'étang
  • 57 bénévoles qui ont assistés ou participés à la pêche
  • 7,5 kg pour le plus gros Brochet
  • 1 Anguille européenne
  • 0 espèce exotique envahissante de poisson

 

Encore un grand MERCI aux bénévoles qui ont œuvrés pour le bon déroulement de ces deux journées de pêches et une mention spéciale à la famille FAUVEL !!

   

A lire également

  • RNR Etang de Ramerupt
    © Alexandre ANTOINE

    Il n'arrive pas que des oiseaux par les airs !

    Le 11/12/2019

    C’est lors du comptage mensuel des oiseaux d’eau du 30 novembre, que le gestionnaire a observé sur le bord de la digue, un petit ballon jaune flottant au grès des vents.

    En s’approchant, il s’avère que ce ballon est floqué du 3637, numéro national unique et caractéristique du Téléthon.

    En effet, il s’agit d’un lâcher de ballons organisé par les écoles maternelle et élémentaire de Longpré-les-Corps-Saints, commune du département de la Somme.

  • Les Réserves naturelles, efficaces pour éviter la...

    Le 28/10/2019

    Une étude publiée en septembre 2019 par Réserves naturelles de France et une équipe de scientifiques confirme l’effet positif des Réserves naturelles sur la préservation des oiseaux. Alors que les populations d’oiseaux communs ont baissé en moyenne de 6,6% sur le territoire métropolitain entre 2004 et 2018, elles augmentent sur la même période de 12,5% dans les Réserves naturelles.

    Le Pic noir est l’espèce qui s’en sort le mieux en réserve (effectifs qui ont triplé). Hors des réserves, cette espèce voit ses effectifs stagner.